La Belgique,

   Une expérience récente

JODOIGNE - 5 et 7 OCTOBRE 2017 

press to zoom

press to zoom

press to zoom

press to zoom
1/8

La ville de Jodoigne compte environ 14 000 habitants, elle est localisée en Wallonie, au sud-est de Bruxelles et au nord-ouest de Liège. Dirigé directement par l'agence Fedasil, ce centre d'accueil est le premier pour lequel nous parvenons à décrocher un entretien. Le climat de tension perceptible en 2015 s'est apaisé, les institutions, notamment publiques, sont plus accessibles, enclines au dialogue et à l'ouverture.

Notre interlocuteur initialement prévu est absent le jour du rendez-vous, nous serons reçus par une personne du service animation. Nous avons pu visiter l'ensemble des locaux, extérieurs comme intérieur, à l'exception des espaces privés.

D'une capacité de 450 à 500 places, ce centre est désormais occupé par seulement 200 à 250 personnes qui ont toutes choisi d'adhérer à un programme de retour volontaire, c'est la spécificité de ce centre.

Les locaux sont constitués de préfabriqués installés sur le périmètre d'une ancienne caserne militaire. La moitié du terrain abrite encore les anciens entrepôts de l'armée et l'autre partie accueille les préfabriqués dont plusieurs seront restitués à leur propriétaire. Selon notre interlocuteur, ces structures coûteraient environ 18 000 euros par mois, aussi, considérant le taux d'occupation, l'agence Fedasil songe à restituer les préfabriqués vides.

La participation aux tâches collectives sur la base du volontariat est rémunérée un peu moins de deux euros l'heure. Le centre de Jodoigne, comme certains autres centres Fedasil, a mis en place un système de points. Chaque mois, les résidents se voient attribuer un nombre de points qui leur permet de se procurer auprès des services du centre les produits d'hygiène fondamentaux auxquels une valeur de point est attribuée.

La problématique de l'accueil et de la possible intégration des résidents de ce centre se pose d'une façon spécifique dans la mesure où ils ont choisi d'être accompagnés et assistés par les autorités belges pour retourner volontairement dans leur pays d'origine. Cependant, ce choix n'empêche pas de s'interroger quant au vivre-ensemble au sein de cette commune, à la façon dont les résidents peuvent interagir le laps de temps, parfois long, de leur présence dans ce centre.

De l’aveu de notre interlocuteur, ce centre n'est pas évident à trouver. Il nous a rapporté plusieurs cas de résidents qui ont dû appeler à leur arrivée à Jodoigne parce qu'ils ne parvenaient pas à le trouver. En effet, après avoir parcouru plusieurs fois cette ville, nous n'avons vu aucune signalétique mentionner ne serait-ce que l'existence du centre d'accueil. Par ailleurs, l'ancienne caserne militaire qui abrite cette structure est située à plusieurs kilomètres du centre-ville, le long de la route nationale 240. Cette situation géographique explique la présence de nombreux vélos, peu onéreux, fiables, toujours à disposition, ce moyen de déplacement sera une constante que nous rencontrerons tout au long de notre périple, quel que soit le pays.

Les centres en Belgique