La Belgique,

   Une expérience récente

SCHERPENHEUVEL - 11 OCTOBRE 2017 

1/5

Caritas, une autre ONG partenaire de Fedasil ; elle dirige le centre d'accueil de demandeurs d'asile de la ville de Scherpenheuvel, une ancienne maison de « retraite/sanatorium ». Il se compose de deux parties : un château historique et une aile additionnelle construite à l'époque où le bâtiment accueillait encore des personnes âgées.

Novembre 2015, cet endroit devient un centre pour demandeurs d'asile après être resté fermé pendant un an et demi ; 170 résidents, dont 45 enfants, principalement des familles et des personnes seules (homme ou femme) sont accueillis dans ce centre. Le second et dernier centre Caritas en Belgique est située à Louvrange, il reçoit des femmes et des mères demandeuses d’asile.

Jo, notre interlocuteur nous explique que ce centre dispose depuis peu d'une cuisine, aliments et ingrédients sont préparés au rez-de-chaussée puis acheminés dans les salles à manger dans les étages ; salle commune ou dans sa chambre, chacun mange où il le souhaite. La partie du château historique est réservée aux pièces à usage collectif, notamment le « vestiaire », endroit où sont entreposés les dons de vêtements destinés aux demandeurs d'asile.

Ce centre est radicalement différent de ceux visités à Jodoigne et Lanaken. Il est implanté à proximité du centre-ville, ce qui permet aux enfants accueillis de bénéficier du ramassage scolaire, certains d'entre-eux se rendent à pied, accompagnés de leurs parents, dans les trois écoles situées aux alentours. Ce centre n'est fermé par aucune clôture ou barrière, à l'arrière, il est ouvert sur une forêt publique où les Scouts viennent parfois, favorisant ainsi les échanges. L'équipe de direction a initié et entretient le dialogue avec les voisins, tous les deux mois, des rencontres avec les riverains ont lieu pour créer des échanges et désamorcer toute difficulté de voisinage (enfants qui jouaient jusqu'à 23h30 l'été, l'instauration d'un couvre-feu à 22h  a permis de montrer au voisinage la prise en compte de son avis).  Des bénévoles viennent également contribuer à l'animation de ce centre où des « Braat Kafé », des cafés linguistiques, sont également organisés. 

Ce centre est représentatif de l'importance de la situation géographique pour l'intégration des futurs réfugiés mais aussi de la volonté de tisser des liens ; pour ce faire échanger avec les populations, associer les riverains, multiplier des rencontres sont des facteurs déterminants.

Les centres en Belgique