La Norvège,

   Une barrière incongrue

BARRIÈRE DE STORSKOG - 2 et 3 NOVEMBRE 2017 

1/5

En 2015, environ 5 500 « migrants » entrent en Norvège par le poste frontière de Storskog ; la principale cause de cet « afflux », la fermeture de la route des Balkans empruntée jusqu'alors.

Face à cela, le gouvernement norvégien décide de la création d'une barrière, c'est chose faite entre les mois d’août et septembre 2016. Cette mesure a suscité des réactions plutôt négatives au sein de la classe politique norvégienne, notamment de la part du maire de la ville de Sør-Varanger sur le territoire de laquelle le poste frontière est implanté.

192 kilomètres de frontière séparent la Norvège et la Russie, un seul poste frontière, celui de Storskog ; passage symbolique de l'Ouest vers l'Est, de l'Occident vers une culture autre, nombre de touristes, par cars entiers, viennent visiter ce lieu, immortalisant l'événement à grand coup de « selfies » devant le panneau annonçant la fin de l'espace Schengen.

Environ 200 mètres de longueur, 3,5 mètres de hauteur, cette barrière prend place, ridicule, entre la Russie et la Norvège ; elle semble dérisoire et insignifiante au milieu des fjords, limitée d'un côté par le lac « Pikevatnet » et de l'autre, par la mer de Barents.

La même année, 2016, le gouvernement norvégien a également durci la législation concernant l'accueil et la prise en charge des demandeurs d'asile.

la Finlande : notre prochaine étape où nous avons obtenu un rendez-vous dans un centre de demandeurs d'asile à Tampere.